Performance : est-ce le but ou le moyen?

Performance : est-ce le but ou le moyen ?


Quelqu’un me dit : « Prends ça kool, pas de stress. Tu as le temps, tu n’as qu’une vie à vivre. » Malgré que j’adhère à ce propos, il reste néanmoins que la prise de conscience des messages contradictoires que la société de performance nous envoie est un incontournable. Les : « c’est toi qui choisis si tu veux percer plus loin dans la vie, fait ce qu’il te plaît », suivi d’un : « si tu ne vas pas aux études supérieures possible que tu aies de la difficulté dans la vie. » Force est de souligner que plus je grandis, plus je prends le temps de me décoller de l’arbre pour mieux voir la forêt. En d’autres mots, je me recule de la situation pour mieux percevoir ce qui se passe. On grandit, on va à la garderie : on apprend à socialiser avec le monde extérieur, à mettre des mots sur nos émotions, à composer avec les « attends ton tour ». Puis on continue notre évolution, on va à l’école primaire apprendre les chiffres, les phrases, à entrer dans des « gangs ». Adolescent, une grande période de questionnements s’installe où on tente de se découvrir. À travers tous ces moments, on fait des choix. Des choix qui peuvent nous coûter cher en temps et en énergie.

Et là, les années passent et tu fais finalement un choix. Un choix qui est, pour certaines personnes, induit par leurs parents, par la pression exercée sur un enfant qui se doit d’être : « bon, intelligent, cultivé ». Pour d’autres, ça peut être un choix personnel alimenté par un désir suscité par la société de performance.

L’avis des autres, c’est la vie des autres. — Maro Deker

 Les fameuses catégories stéréotypées : « toi tu n’as qu’un DEP, tu as pris la route facile » ou « toi t’es à l’Université, wow ! À quel point tu dois être intelligent ! » Je t’arrête ici, parce que même si tu fais un DEP, un DEC, un BAC ou un autre acronyme de 3 lettres, ce qui fait de toi une personne intelligente : c’est une personne qui arrive à composer avec toutes ces ambivalences, qui arrive à se positionner dans ces messages contradictoires et qui prends le temps de s’arrêter et de se poser la question à soi-même : « hey moi, présentement, qu’est-ce que j’ai envie de faire concrètement pour mon bien-être ? »

C’est bien souvent en allant au fond de soi que l’on refait surface. — J. Jouealin

Dis-moi : « As-tu le droit de prendre le temps qu’il te faut pour accomplir ce à quoi tu aspires ? » « À qui relève le choix du trajet de ton road trip ? » Par soucis éducatifs, chaque humain forge sa personne en explorant de nouveaux horizons, en testant ses limites, en faisant des choix qui ne relèvent pas toujours de sens. C’est de cette façon qu’on apprend à composer avec toutes les impasses de la vie, qui à leur tour, nous permettent de grandir et de construire notre ligne directrice. Cette ligne se doit d’avoir de l’espace pour les « imprévus de la vie », des détours qui demandent d’être côtoyés, des chemins de réussites comme d’échecs qui permettent d’apprendre : soit se relever les manches ou abandonner. 

La vie est un mystère qu’il faut vivre, et non un problème à résoudre. — Gandhi

C’est à ce moment que je te pose la question suivante : « est-ce qu’il t’ait déjà arrivé de marcher à un endroit où tout est parfaitement droit ? » Une montagne, des côtes, des trous : on apprend à marcher et à s’orienter, à choisir quel chemin on prend lorsque nous arrivons à un « Stop », un carrefour giratoire. Tu peux rester longtemps arrêté ou tourner en rond. Parfois, il arrive qu’on est si étourdi par le rythme de la vie et par nos inquiétudes que nous arrivons à peine à percevoir les différentes issues qui s’offrent à nous. On monte des pentes, on contourne des obstacles, on découvre de la nouveauté sur les chemins parcourus, on prend ce qui nous plaît et on avance. Tranquillement, rapidement, modérément, et ce, dans différentes circonstances. La vie est un parcours dans lequel c’est à toi de choisir ton chemin, tes voies à emprunter, le type d’orientation. Parfois, tu prendras un chemin que le GPS te suggérera. Par mégarde, tu te retrouveras à une autre place qui, finalement, te permet d’avancer vers le trajet que la vie t’amènera à découvrir.

Ne sois pas trop pressé de tout comprendre. Apprécie l’inconnu et laisse la vie te surprendre. Je t’invite à regarder chaque problème comme le point de départ d’une solution. — François Gervais

Karina qui t’encourage à vivre plutôt qu’à exister

Leave a Reply

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *