Juan - Le miroir – KOOL

18 janvier 2020 – mon moment le plus heureux des 2 dernières années 💙

En cette journée de #BellCause, je souhaite vous partager un moment très marquant et personnel en ce qui concerne ma propre santé mentale. Cette journée est faite pour normaliser et parler. Nous devrions la prolonger sur les 364 prochains jours.

8 février 2018, je rencontrais (j’acceptais en fait) pour la première fois la maladie mentale. Tel que raconté dans mon témoignage, c’est cette crise d’angoisse qui a fait mentir cette illusion créée toute ma vie que j’avais d’être inatteignable émotionnellement. L’élément important de cette journée, c’est qu’elle s’est déclenchée lorsque j’ai croisé mon reflet dans la salle de bain. Un reflet qui m’était inconnu et dans lequel les yeux étaient perdus et remplis de larmes de peur. C’est tout ce que je pouvais percevoir et tout ce qui est sorti de ma bouche c’est: «t’es qui?». Le reste peut se résumer par de l’incompréhension, une perte de repères et par le pire sentiment de solitude interne que j’ai jamais senti. La tristesse s’est emparée de tout autre message qui pouvait être accueilli. Et ce, même si je savais que mon énorme entourage m’appréciait et me voyait comme la personne la plus souriante, sympathique et rayonnante. C’est suite à ce moment que non seulement j’ai cherché de l’aide et décidé que ma santé mentale devenait une priorité, mais surtout que ma perception face à ce sujet avait complètement changé. J’ai compris que cet état de souffrance psychologique emporte trop de gens en raison de l’incapacité à en parler et aux tabous entourant le thème.

2 ans plus tard, à la fin de mes études universitaires, je pars en voyage dans mon pays natal en quête de paix. Paix du deuil familial et de guérison du traumatisme d’un jeune arraché à son pays en raison de la violence. Je décide de terminer ce voyage seul à Carthagène après mon anniversaire. Les étoiles s’alignent, par hasard je trouve un hôtel en plein coeur de la magnifique ville à un prix ridiculement bas et on m’offre la chambre #17 (date de mon anniversaire). Les premiers instants passés dans cette chambre constituent l’essence de ce texte que vous lisez. Aussitôt rentré dans la pièce, le miroir m’appelait. J’ai alors revécu le même épisode que le 8 février 2018, mais à l’opposé. J’étais si heureux de voir tout ce processus qui m’a mené à me dire à ce moment-là : «je sais qui tu es». De voir tous ces outils développés avec une intention de bienveillance et de guérison envers moi. De la redéfinition de la masculinité, à l’accueil de la vulnérabilité dans ma vie. Ces larmes sur la photo expriment un soulagement et une fierté de me sentir à l’abris et en contrôle.

Aucun sourire n’était nécessaire parce que le bonheur, le vrai, est entre mes deux oreilles. Vous comprenez maintenant l’étroite relation KOOL et le miroir. J’ai compris que ce concept est né à la base pour ma propre guérison et je souhaite de tout coeur que désormais ça puisse aider quelqu’un d’autre.

En cette journée #BellCause, causez pour la maladie mentale. C’est important. Partagez ce court témoignage si vous pensez que ça pourrait aider quelqu’un près de vous. Cultivez quotidiennement cette intention d’être mieux avec vous-même. Car malgré cette étape franchie très positive, je reste connecté et à l’affût des défis psychologiques à venir. Le bien-être mental n’est pas une finalité, c’est un chemin qu’on entretien.

Soyez KOOL #boysdocry

Témoignage initial: https://www.koolapparel.ca/juan-la-pression/

fr_CAFrench
fr_CAFrench en_CAEnglish