Trouver notre monde intérieur sans aller à l’extérieur! – KOOL

On part à l’aventure : es-tu prêt?

Trouver notre monde intérieur sans aller à l’extérieur!


« Ne confond pas ton chemin avec ta destination » – Anthony Fernando

Hey toi, à quoi penses-tu quand je te dis : « on part en voyage »? Du soleil, des excursions, de la nouveauté, un changement d’air, une ouverture sur le monde. Ok, alors je te pose la question suivante : quel monde désires-tu découvrir réellement? Quel est l’objectif ultime de ton voyage? Que tu voyages seul, entre amis ou en amoureux : je remarque une ouverture pratiquement obligatoire à la confrontation de nouveaux défis, d’endroits à découvrir, de notion de lâcher-prise sur le quotidien routinier. Pourtant, on part pareil. Cependant, quand on se trouve dans notre quotidien, nous avons l’impression que nous ne sommes pas capable d’y arriver. Ok, alors comment m’expliques-tu le courage et la détermination à entreprendre une aventure aussi imprévisible que celle où ton seul repère dans un voyage est toi? Et cette fois-ci, c’est drôle mais tu réussis. Une fois revenu dans ton chez toi, tu as l’impression que tu y habites véritablement.

Quelque chose me fait rigoler quand je pense à cette tendance au voyage : comme si on peut se permettre de faire la découverte de notre monde intérieur juste une fois sortie du pays. Comme s’il fallait aller à l’extérieur pour mieux retrouver notre intérieur. De quel droit on se permet d’être dans l’attente pour aller se ressourcer? Une fois dans notre quotidien, c’est drôle mais on l’échappe.

Et bien, je vous partage ça parce que je me demande ce qu’on cherche réellement lorsqu’on s’éclipse dans un voyage ou dans une aventure quelconque? Rien ne dit que je suis en train de rabaisser les voyages, au contraire. Ma préoccupation est plutôt : comment rendre ce voyage aussi ressourçant et énergisant en l’incluant ici, dans ta vie « habituelle ». Parce qu’après tout, si tu prends le temps de regarder autour de toi : il y en a des moments où tu es confronté à des éléments inconnus, à des peurs, des inquiétudes, des débordements, un manque de sommeil, des couchers de soleil, des grands arbres, une nature riche en sources et des personnes agréables à côtoyer. Que te manque-t-il dans ce cas contraire alors? Comment on réussit à être satisfait de ce voyage? Autrement dit, dis-moi : est-ce qu’on s’impose des tâches à n’en plus finir par peur de jugement ou imposition envers soi? Oui parce que si je te l’apprends aujourd’hui et bien l’humain a une facilité à relever les côtés négatifs avant d’être capable de s’attribuer une certaine valorisation quelconque. Je t’invite à prendre ce temps et à développer la koolitude. Comment faire ça? Pas compliqué : tu as envie d’aller prendre un café sur le bord de l’eau comme tu le fais en voyage. Alors part à la recherche d’un coin près de chez toi qui t’offre ce réconfort.

Un voyage autour du monde, de ton monde permet de te centrer sur certains éléments qui se trouvent confrontant. Mais là, tu vas me dire, ok c’est bien beau tout ça, mais concrètement je fais quoi? Dans ce cas-ci tout dépend de ton ouverture à ton voyage, tes actions entrepris et ton ouverture envers tes apprentissages. Par la suite, je t’invite à regarder la vie selon les couleurs que tu choisies. Une fois embarquer dans le jeu, tu réaliseras que tu t’es fait avoir : finalement tu y prends goût et vit chaque jour en prenant le temps de prendre soin de soi. Oui parce qu’un voyage peut inclure des éléments appétissants de l’extérieur, mais de façon soit indirecte ou volontaire, le monde intérieur s’enrichit tout autant et si ce n’est pas plus.

Donc là, c’est le temps : embrasses les plaisirs de la vie et souviens-toi que ton monde : c’est toi qui le construit et qui y inclut les pièces les plus précieuses qui existent.

En cas de tempête, c’est à l’intérieur que tu te refugies. Au final, c’est l’intérieur qui compte. D’ailleurs, rappelles-toi que tu es la seule personne à avoir accès à ton monde intérieur. Ne juge pas ce qui se passe en toi, accueille-le, accepte-le, assume-le, mais surtout aime-le.

La koolitude, c’est quelque chose de fort, d’unique. Fait de ton monde intérieur quelque chose de kool.

– Karina, révisé et peaufiné avec une amie chère, Megan Gauthier.