Annick -Perception – KOOL

Lorsqu’on m’a demandé d’écrire un témoignage KOOL, j’ai automatiquement eu le sentiment de l’imposteur. Qu’est-ce que moi, une fille sans diagnostic de trouble de santé mentale, allait bien pouvoir raconter?

Et puis j’ai compris. J’ai compris que même sans diagnostic, on a tous des hauts et des bas dans les aléas du quotidien. Même sans diagnostic, il nous arrive des évènements/situations qui nous dépassent, qui nous tracassent des semaines durant. Qu’il soit question de notre propre santé mentale, ou bien de celle d’un proche, l’important, c’est d’en parler. Ne pas rester pris avec nos propres émotions, de peur de déranger les autres.

J’ai toujours eu de la difficulté à parler de mes émotions. J’ai toujours pensé qu’être vulnérable, c’était être faible. Mais aujourd’hui, je le sais. Être vulnérable, c’est être fort. En parler, déconstruire les tabous face à la santé mentale, c’est être KOOL.